Why this visual?



Symbolique


Symbolism

L’identité visuelle d’un professionnel ne se choisit pas à la va-vite.

Elle attire l’attention sans être agressive – sobre, discrète et d’une apparente simplicité, elle a du sens et est liée au cœur de métier du professionnel.

L'identité visuelle vous démarque, assoit votre crédibilité et s’accorde à votre personnalité.

Nicolas Hulot [L’image alerte, l’écrit persuade.]


The visual identity of a professional cannot be a slapdash choice.

It has to be catchy but not flashy – smooth, discreet and of an apparent simplicity, it has meaning and is tied to the professional core activity.

The visual identity singles you out, establishes your credibility and  matches your personality.

Nicolas Hulot [Pictures provide hints, writings convince.]


Pourquoi l’eau ?

Selon la culture Judéo-chrétienne, l’eau est source de vie et de pureté – le baptême lave du péché originel et nous ouvre les portes d’une vie sans tâche.

Selon la mythologie grecque, l’eau est non seulement source d’immortalitéThétis plonge son fils Achille dans le Styx par le talon pour le rendre invincible ; mais aussi de contemplationNarcisse deviendra son propre ennemi et en fera les frais.

La traduction d’une œuvre lui permet non seulement d’être lue et appréciée dans une autre langue et par une autre culture mais aussi de survivre à son auteur et d’être transmise aux générations futures.
Toute langue évolue, toute langue vit – une œuvre de Shakespeare écrite dans son anglais de l’époque est difficilement compréhensible même pour un anglophone de naissance, l’anglais doit être traduit dans un anglais moderne pour que chacun puisse apprécier et transmettre son œuvre.

Baudelaire [La mer est ton miroir, tu contemples ton âme.]


Why water?

According to Judeo-Christian culture, water is the source of life and purity – the christening cleanses you of the original sin and opens the doors to a stainless life.

According to Greek mythology, water is not only the source of immortalityThetis dips her son Achilles by the heel in the waters of the Styx to make him invulnerable – but also the source of contemplationNarcissus will become his own enemy and bear the brunt of it.

The translation of an original work not only grants the work to be read and appreciated into another language and by another culture, but also to outlive its writer and to be passed on future generations.
Each language evolves, each language is alive – a work of Shakespeare written in the English language of his own time is barely understandable nowadays even by a native-English person, it has to be translated into modern English for anyone to appreciate and pass on Shakespeare’s work.

Baudelaire [The sea is your mirror, you gaze upon your soul.]


Pourquoi une branche de platane ?

Selon la mythologie grecque, le platane symbolise la régénération – son écorce se régénère par plaque – et la pérennité – les noces de platane célèbrent les 61 de mariage d’un couple, une rareté s’il en est.

La traduction permet à une œuvre d’être adaptée à une ou à toutes les époques – une traduction idéale est intemporelle. Certaines œuvres sont propres à une époque bien précise – c’est le travail du traducteur de la rendre compréhensible dans une autre culture et/ou une autre époque.

Ce point est souvent sujet à débat chez les théoriciens de la traduction : les ciblistes et les sourciers, les premiers traduiront de telle sorte que la traduction soit écrite en bon français, les seconds qu’elle préserve les particularités de la langue étrangère.

Je prends le parti de ne pas prendre parti. Un auteur pratique son art pour s’évader dans son propre univers ; le traducteur ne doit pas utiliser le sien pour restreindre cet univers avec de telles considérations.
Mon âme de poète doit sûrement y être pour quelque chose, je considère qu’il faut savoir retranscrire une identité littéraire par la traduction d’une langue à une autre. Il ne s’agit en aucun cas d’adapter un format technique à un autre. S’il faut une explication supplémentaire pour qu’un point soit compris par le lectorat de la langue cible, qu’à cela ne tienne ! Les notes de pied de page existent pour une raison. Non seulement le texte d’origine n’est pas transformé mais les notes sont instructives à plus d’un titre.

Un lecteur en général lit pour s’évader, il lit aussi pour s’amuser d’anecdotes et de la petite histoire. Un lecteur est curieux par nature – les propos de Galilée lui sont acquis, « plus vous en apprenez plus vous réalisez que vous en savez peu. »

Léonard de Vinci [Ce qui fait la noblesse d’une chose, c’est son éternité.]


Why a plane tree branch?

According to Greek mythology, the plane tree symbolizes regeneration – its bark peels in patches – and longevity – in France, plane tree is the symbol of the 61st wedding anniversary, an oddity if any.

The translation of an original work allows it to be adapted from a time period to another or any other – an ideal translation is a-temporal. Some works are specific to one period of time – it is the work of translators to make it understandable by another culture and/or another time period.

This point is a current controversial matter amongst translation theorists: the target-oriented translators (domesticating method) and the source-oriented translators (foreignizing method), the former provides a plain-English translation, the latter wants to keep the foreign language idiosyncrasies intact.

I choose not to choose. Writers practice their craft in order to break free into their own personal universe; translators mustn’t practice theirs to limit this universe with such considerations.
My being a poet at heart surely has something to do with it, I believe that what has to be translated from a language into another is the literary identity, and not by any means a technical format. If additional explanations are needed at some point for the target-language readership, where’s the big deal? Footer notes exist for a reason. The original text is not only free from any modifications, the notes are also instructive on more than one account.

Usually, readers read to get away and entertain themselves with anecdotes and the nitty-gritty. Readers are naturally curious – they take Galileo Galilei’s saying “the more you learn the more you realize how little you know” as a given.

Leonardo da Vinci [The grandness of a thing lies on its eternality.]


Pourquoi le noir et le blanc ?

Selon la philosophie chinoise, l’absence de couleur du noir et la synthèse des couleurs du blanc sont complémentaires – la parfaite complétude et dualité du Yin et du Yang.

Carl Gustav Jung [On ne peut voir la lumière sans l'ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie.]

Cette complémentarité se retrouve dans l’association des langues anglaise et française, la première tourne autour des mots, la seconde autour de l’idée – le parfait mariage de l’esprit et du cœur langagier, selon Giovanni Lucera.

Elle se retrouve également dans l’acte de traduction d’un texte original. La traduction est un enrichissement du texte original ; réalisée dans les règles de l’art, il est impossible de savoir dans quelle langue un texte a été écrit à l’origine.

Marguerite Yourcenar [Traduire c’est écrire]


Why the black and the white?

According to Chinese philosophy, the black’s absence of any color and the white’s presence of all colors are complementary – the harmonious completeness and duality of Yin and Yang.

Carl Gustav Jung [Without darkness one cannot see light, without noise one cannot perceive silence, without insanity one cannot reach wisdom.]

This complementarity is met with the association of both the English and French languages, the former revolves around words, the latter around ideas – the perfect match between the spirit and the heart of speech according to Giovanni Lucera.

It can also be met with the act of translating an original text. Translating is an enhancement of the original text; realized by the book, it is impossible to distinguish which language a text is originally written in.

Marguerite Yourcenar [Translating is writing]


Pourquoi l’aurore (teinte de jaune) ?

Selon la mythologie grecque, Eos est la déesse de l’Aurore, d’une couleur chaude et lumineuse, elle réchauffe l’esprit et le cœur de ses premiers rayons de soleil. Elle symbolise l’espoir, le renouveau et la pureté.

Le traducteur d’une œuvre tend à transmettre le plus fidèlement possible l’identité littéraire de l’auteur dans une autre langue – la traduction est pour l’œuvre originale l’aurore d’une nouvelle vie.

Fiodor Dostoïevski [Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre]

Why the aurora color (shade of yellow)?

According to Greek mythology, Eos is the goddess of dawn – Aurora – which color is warm and radiant; its first beams of sunlight fill both the spirit and the heart with warmth. She symbolizes hope, renewal and purity.

The translator of a work tends to match the literary identity of the writer into another language with the highest accuracy possible – for an original work, the translation is the dawn of a new life.

Fyodor Dostoevsky [Living without hope is ceasing to live]